Les médicaments anti-douleurs à base d’opioïdes tuent chaque jour 3 personnes en France

Des stupéfiants prescrits par les médecins :

Selon le dernier rapport publié en février 2019 par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), près de 10 millions de Français se sont vu prescrire des antalgiques opioïdes en 2015, et selon les derniers chiffres recueillis : en 2017, le tramadol arrive en tête de liste. Comme l’explique le professeur Dematteis à France info, ces médicaments qui associent codéine et paracétamol sont « très fréquemment prescrits en France, pour des douleurs classiques, modérées ». Ils sont considérés comme des opioïdes faibles.

En revanche, les opioïdes forts font également partie du quotidien des Français, bien qu’à moindre dose. D’après ce même rapport, le premier opioïde fort consommé serait la morphine, suivie par l’oxycodone (tout autant consommé), et enfin le fentanyl transdermique et transmuqueux à action rapide.

Les médicaments anti-douleurs

Aussi, ce n’est pas sans raison que les chiffres présentés par l’ANSM inquiètent :

« Le nombre d’hospitalisations liées à la consommation d’antalgiques opioïdes obtenus sur prescription médicale a augmenté de 167 % entre 2000 et 2017 passant de 15 à 40 hospitalisations pour un million d’habitants. Le nombre de décès liés à la consommation d’opioïdes a augmenté de 146 %, entre 2000 et 2015, avec au moins 4 décès par semaine »